Etude EGFR (cohorte Biomarqueurs France)

Détection de la mutation T790M au diagnostic dans les cancers bronchiques non à petites cellules mutés pour l’EGFR.

Responsables scientifiques : Michèle Beau-Faller / Charlotte Leduc (CHU Strasbourg), Jacques Cadranel (AP-HP Tenon, Paris)

Méthodologie / Coordination : Franck Morin (IFCT) / Pascale Missy (IFCT)

Biostatisticienne : Alexandra Langlais (IFCT)

Responsable informatique/ Data management : Quân Tran (IFCT)

Soutien financier : AstraZeneca, Prix Alain Depierre 2015

 

Rationnel : Les mutations activatrices de l’EGFR (conférant une sensibilité aux TKI) sont retrouvées chez 10% des patients caucasiens atteints d’un CBNPC non-épidermoïde. Leur recherche est réalisée en routine en France depuis 2009 et conditionne la prescription des inhibiteurs de tyrosine-kinases de l’EGFR (ITK-EGFR) en 1ère ligne. La mutation T790M de l’exon 20 est rapportée dans 10 à 60% des cas de résistance secondaire aux ITK-EGFR. Elle peut aussi être présente au diagnostic. Sa présence lors de la progression sous traitement relèverait d’une sélection clonale permettant de suggérer la possibilité de sa mise en évidence dès le diagnostic, à condition d’utiliser des techniques moléculaires appropriées suffisamment sensibles. Les techniques classiques de séquençage direct ont une sensibilité insuffisante pour la mise en évidence de mutations dans des échantillons pauvres en cellules tumorales comme les biopsies bronchiques. Des nouvelles techniques, plus sensibles, ont été développées ces dernières années, telles que la PCR digitale (ddPCR) ou le séquençage à haut débit (NGS). Elles apparaissent comme des techniques de choix pour confirmer et quantifier précisément les sous-clones mutés minoritaires comme la mutation T790M.

Objectif : L’objectif principal de ce travail est de détecter par ddPCR puis par NGS la présence d’une mutation T790M au diagnostic, dans une large population de patients préalablement identifiés porteur d’un CBNPC présentant une mutation activatrice de l’EGFR. L' objectif secondaire est l’analyse d’échantillons de « progresseurs rapides » et de « progresseurs lents » afin de les comparer avec les répondeurs « classiques ».

Méthodologie : Cette étude rétrospective est une étude ancillaire du projet BIOMARQUEURS France. Elle s’appuie sur les échantillons testés dans le cadre de la prise en charge et inclus dans BIOMARQUEURS France. Nous analyserons 300 des présentants une mutation activatrice de l’EGFR. Les ddPCR seront réalisées sur l’appareil BioRad® QX200 Droplet Digital PCR. Le NGS se fera sur une plate-forme Iontorrent PGM Proton® Life Technology.

Résultats : Nous espérons détecter dans notre cohorte 50% de sous-clones mutés T790M. Une telle détection pourrait modifier les stratégies thérapeutiques, en particulier encourager l’utilisation des EGFR-TKI de 3ème génération en 1ère ligne.

Lu 805 fois Dernière modification le vendredi, 28 octobre 2016 15:06